La France de Gregorio Duvivier

Tous les mois, une personnalité carioca répond à nos questions et nous raconte ce que la France représente pour elle. Nous lançons cette série avec notre cher Gregorio Duvivier, poète, journaliste, acteur et auteur, fondateur du succès retentissant « Porta dos Fundos » !

JPEG
(photo de promotion)

Quels sont vos liens avec la France ?

Mon arrière-grand-père était Français et navigateur. Son bateau a naufragé près de Rio et il est arrivé à la côte en nageant. Il s’est tellement plu à Rio qu’il y est resté, habitant dans une région « lointaine et éloignée » du centre-ville, où se trouve aujourd’hui Copacabana. Il s’est marié avec une brésilienne, mais la famille a gardé ses liens avec la France : mes grands-parents ont résidé en France pendant un temps, mon père a étudié au Lycée Français et moi aussi. Lorsque j’ai fini mes études j’ai fait un stage au Théâtre du Soleil, avec Ariane Mnouchkine. Je vais en France aussi souvent que je le peux. J’ai grand plaisir à voyager en voiture en France. Le paysage change tout le temps, ainsi que l’architecture. Ce sont plusieurs pays dans un pays.

Un endroit incontournable en France ?

Paris est la plus belle ville du monde. Nice me fait penser à un Rio de Janeiro que je n’ai pas connu : sans excès de circulation, sans pollution, sans violence. En Provence, j’aime spécialement Avignon, surtout à l’époque du festival de théâtre, quand la ville devient bouillonnante de jeunesse et de culture. En Bourgogne, j’adore Beaune, Cluny, et toute la région de la Côte d’Or.

Quel est votre mot favori en français ?

J’aime bien que les français souhaitent "bon courage" au lieu de bonne chance. Le courage est beaucoup plus important dans la vie que la chance.

Quelle est votre personnalité française préférée ?

Les BD de Plantu sont géniales, ainsi que celles de Sempé. L’humour français est beaucoup plus avancé que celui du reste du monde, depuis toujours. J’adorais Jacques Tati, Fernandel, Coluche et dans l’humour écrit, je pense que Goscinny est le meilleur du monde. Désolé, je n’ai pas pu choisir une seule personne. .

Quel est le pire défaut et la meilleure qualité des Français ?

Je pense que la plus précieuse qualité est la loyauté. Mes amis Français sont extrêmement fidèles et je sais que je peux faire confiance à leur sincérité. Les brésiliens ne sont pas aussi directs. Un défaut est le fait qu’ils croient avoir droit à la mauvaise humeur.

Si vous deviez résumer la France en un livre, une chanson ou un film, lequel serait-il ?

J’aimais beaucoup les livres et les films de Marcel Pagnol : Le Château de ma Mère, La Gloire de mon Père, Manon des Sources. Ou alors Le Grand Meaulnes, qui aborde la question de l’amitié, si importante pour les Français. Du côté musique, Georges Brassens.

Le goût de la France (spécialités, plats, saveurs…) ?

Aligot ! Je suis un passionné du mélange des pommes de terre avec le fromage.

Comment décrire la France en trois mots ?

Les Copains D’abord !

À Rio, quel est votre coin français préféré ?

La Boulangerie Guérin est la seule à faire un croissant digne des Français (les boulangeries brésiliennes sont une honte).

Pour vous, qu’est ce qui symbolise le lien entre la France et le Brésil ?

Le Lycée Molière synthétise bien l’union entre les deux cultures. Le chef Roland Villard fait aussi un excellent mélange franco-brésilien dans la gastronomie.

JPEG
(photo diffusion)

publié le 25/06/2015

haut de la page