Cérémonie d’hommage à Marcel Bouilloux-Lafont, Président de la Compagnie Générale Aéropostale

Une cérémonie d’hommage à Marcel Bouilloux-Lafont, Président de la Compagnie Générale Aéropostale, a eu lieu le 7 décembre dernier à Rio.

Une plaque a été inaugurée, à l’ancien Hotel Natal, Rua Álvaro Alvim, 48, où a vécu et est décédé Marcel Bouilloux-Lafont en février 1944 à 73 ans.

JPEG

Fils de banquier, cet humaniste décide, encore jeune homme, de s’installer au Brésil, à Rio de Janeiro, où il fonde le quartier de Grajaú, édifie des maisons, des immeubles, et participe également à la construction des ports de Rio, Niteroi, Bahia et Vitoria et des onze premiers aérodromes commerciaux du Brésil.

Il acquiert l’Aéropostale, en 1927, année où est inaugurée la première ligne de transport de courrier vers l’Amérique du Sud. En 1930, cette liaison devient exclusivement aérienne et le premier courrier entièrement aérien entre la France et l’Amérique du Sud est réalisé par Jean Mermoz et Jean Dabry à bord de l’avion Laté 28-3 "Comte de la Vaulx", entre Saint Louis (Sénégal) et Natal (Brésil). La ligne Argentine-Chili s’ouvre en 1929, alors que Henri Guillaumet traverse la Cordillère des Andes. La Compagnie Général Aéropostale a exploré le plus ample réseau postal au Monde, avec plus de 17 000 kilomètres, réunissant 80 pilotes, 250 mécaniciens, 218 avions et 8 navires.

Les aventures des pilotes du courrier postal aérien ont fait rêvé des générations, Pierre-Georges Latécoère, Marcel Bouilloux-Lafont, Jean Mermoz, Antoine de Saint-Exupéry, Henri Guillaumet... des noms devenus mythiques, qui évoquent cette époque de la grande conquête du ciel.

À travers le monde, des expositions retracent l’épopée de ces héros. En 2009, au cours de l’Année de la France au Brésil, l’exposition "Aéropostale" a rempli les salles du Centro Cultural dos Correios, à Rio. Mais peu connaissent le rôle exact de ces personnages. La lutte pour la reconnaissance de Marcel Bouilloux-Lafont, mort ruiné et oublié de tous, est menée par la petite-fille de ce dernier, Guillemette de Bure, auteur du livre "Les secrets de l’aéropostale 1926-1944". Cette dernière se trouve spécialement au Brésil pour participer à la cérémonie du 7 décembre, organisée par l’association Normandie-Niemen do Brasil représentée par Roméo Barchi. La date n’a pas été choisie par hasard, le 7 décembre est le jour anniversaire de la disparition du pilote Jean Mermoz. "Je crois et je suis certaine que la justice sera faite et qu’un jour tous comprendront ce que Marcel Bouilloux-Lafont a réalisé pour que la France puisse être grande en Amérique du Sud", avait un jour affirmé Mermoz, grand ami de Bouilloux-Lafont.

Pour en savoir plus sur l’épopée de l’aéropostale : http://www.airfrance-80ansaeropostale.com/

JPEG
Guillemette de Bure, petite-fille de Marcel Bouilloux-Lafont.

JPEG
Françoise Lindemann (conseillère de l’AFE), Roméo Barchi, Jean-Charles Ledot ( Consul général adjoint)

JPEG
Inauguration de la plaque rendant hommage à Marcel Bouilloux-Lafont, le 7 décembre 2012.

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

publié le 28/07/2014

haut de la page