L’ONG Asplande fait appel à des étudiants français pour venir en soutien au projet "Mulheres do Bem"

L’ONG brésilienne Asplande accueille chaque année des stagiaires français étudiants dans de différents secteurs (sciences sociales, comptabilité, marketing…) afin qu’ils contribuent au développement de l’économie locale, sociale et solidaire tout en étant plongés dans la réalité de la vie carioca. Pauline Akouvi et Juliette Henry ont vécu cette expérience.

JPEG
Le projet "Mulheres do Bem" est soutenu par l’ONG Asplande et l’entreprise Mercatto

Asplande

Asplande est une ONG brésilienne basée à Rio de Janeiro. Son objectif est d’aider les femmes, entrepreneuses à faibles revenus originaires des favelas et périphéries de Rio de Janeiro à développer leur projet. Créée en 1992, l’ONG s’organise autour de trois axes :
1. La formation des entrepreneuses à travers des cours de gestion et de développement d ‘entreprise.
2. Le partage d’un réseau, avec des réunions mensuelles et des feiras d’exposition.
3. L’accompagnement personnalisé et individuel de chaque entrepreneuse.

Asplande croit en l’importance et en la force des liens d’un réseau et développe des partenariats avec diverses entreprises.

Mulheres do Bem

Mulheres do Bem est un projet informel regroupant une cinquantaine de femmes de Rio (55 exactement). Elles ont eu des parcours de vie souvent compliqués et ont décidé de se réunir autour de leur volonté commune d’entreprendre. Les projets entrepreneuriat qui les animent sont tous différents : artisanat, gastronomie, mode, audiovisuel et beauté. Ce sont de petits projets, réclamant du micro-financement et un apport en compétence permettant de combler les lacunes de leur formation initiale. Une association et une entreprise leur apportent ces compléments indispensables.

Le projet est en effet soutenu par l’ONG Asplande, qui assure la formation et le support logistique (comptabilité, gestion…) et Mercatto, une entreprise de prêt-à-porter brésilienne, qui intervient sur le financement (micro-financement) à travers un processus de crowdfunding. L’engagement des entreprises est fondamental dans cette démarche.

Le groupe ainsi formé se situe dans une dynamique de création très positive. Pour apporter de la visibilité, un t-shirt spécial a été créé : il est disponible dans de multiples boutiques ainsi que sur le Net. 100% de la valeur collectée est reversée au projet « Mulheres do Bem » pour stimuler les entreprises des femmes entrepreneuses faisant partie du réseau Asplande.

Mais le projet ne s’arrête pas là. Mercatto a créé avec Asplande, ainsi que les ONG Atados et Coorte, un financement collectif pour accroître le nombre de personnes qui souhaitent participer au développement de ces entreprises. Les parcours et histoires de ces entrepreneuses sont repris à travers les réseaux sociaux du groupe et chacun est invité à participer au crowdfunding sur le site Benfeitoria (https://benfeitoria.com/mulheresdobem), une plateforme de mobilisation de ressources pour les projets d’impact sociaux-économiques et culturels.

Deux étudiants françaises, Pauline Akouvi et Juliette Henry, ont répondu à l’appel d’Asplande

Asplande a noué des relations étroites avec la France en accueillant chaque année des stagiaires français étudiant dans tout type de secteurs (sciences sociales, comptabilité, marketing…) et souhaitant suivre une expérience unique : partager leur dynamisme et contribuer au développement de l’économie locale, sociale et solidaire tout en étant plongés dans la réalité de la vie carioca. Le bénéfice est double, tant pour les femmes chefs d’entreprise, qui bénéficient des compétences des étudiants (création d’un business plan, définition du besoin de trésorerie…), que pour les étudiants qui découvrent une réalité concrète et mettent en pratique les bases de l’économie.

JPEG
Juliette Henry a accompagné le projet "Mulheres do Bem" lors de son stage chez Asplande

En septembre dernier, Pauline Akouvi racontait son expérience au sein de l’ONG Asplande dans le cadre de notre série mensuelles "les Français de Rio".

JPEG
Pauline Akouvi, lors de son stage au sein de l’ONG Asplande

source de l’article : blog March Bloch 2022, proposé par Pauline Akouvi

publié le 22/12/2016

haut de la page