La Comédie Française applaudit Nós do Morro à Vidigal

Les artistes de la Comédie Française ont découvert, mercredi 16 octobre, l’étonnante énergie qui se dégage de l’école de théâtre Nós do Morro dans la communauté de Vidigal. Les deux compagnies se produisent à la Cidade das Artes ce week-end et au cours d’une matinée pluvieuse la rencontre entre deux mondes a été l’occasion d’un formidable échange.

JPEG
Les jeunes artistes de Nós do Morro

Depuis 1986, le groupe Nós do Morro se propose d’offrir un accès à la culture aux jeunes de la communauté de Vidigal. Aujourd’hui le groupe s’est consolidé, dispense des cours de formation théâtrale, audiovisuelle et ouvre des horizons immenses pour un grand nombre de jeunes habitants de Vidigal ou de la banlieue de Rio de Janeiro.

Mercredi, la fine fleur des comédiens français venait d’arriver à Rio de Janeiro. Ils donneront trois représentations de la pièce "Le Jeu de l’Amour et du Hasard" de Marivaux à la Cidade das Artes, les 19, 20 et 21 octobre (plus d’informations ici). Un heureux hasard a justement placé la troupe de Nós do Morro à l’affiche dans la deuxième salle de la Cidade das Artes, les 18, 19 et 21 octobre. Ils y présentent une adaptation des "Deux Gentilshommes de Vérone" de William Shakespeare (plus d’informations ici).

JPEG
Nós do Morro a présenté un extrait de spectacle aux sociétaires de la Comédie Française


En montant les pavés de Vidigal, les sociétaires de la Comédie Française sont timidement reçus par Luciana Bezerra, l’une des coordinatrices de Nós do Morro. Difficile de ne pas se laisser impressionner par le prestige d’une institution fondée par le Roi Soleil. En circulant à travers le petit dédale d’escaliers, de cuisine, de couloirs, les comédiens s’amusent de la découverte des "coulisses" de l’école. Derrière un rideau noir, d’autres artistes les attendent. Les interprètes des "Deux gentilshommes de Vérone" sont prêts à présenter quelques extraits de la pièce. Une étonnante adaptation de l’oeuvre du maître de la littérature anglaise, entrecoupée de chorégraphies rythmées par des percussions corporelles. Tout de suite, les comédiens français sont sous le charme. Les yeux écarquillés, ils sourient aux jeunes Cariocas qui se présentent devant eux. Fatima, la professeur de théâtre, les coupe finalement. Silence. Puis tonnerre d’applaudissements ! Les artistes français et brésiliens se mélangent, les mots sont hésitants entre les deux langues, et finalement on s’embrasse, on se regarde et pour certains les larmes d’émotion perlent même.


JPEG
Un cercle se forme rapidement entre les artistes des deux horizons


Toute l’assemblée se regroupe en un cercle improvisé et un dialogue ponctué de rires se lient entre les deux troupes unies par le même amour du théâtre. Les questions sont techniques d’abord : "Combien d’heures par jour travaillez-vous dans cette école ?" demande Léonie Simaga (la Silvia, du "Jeu de l’Amour et du Hasard"), la réponse la laisse bouche bée "Sept heures !" "Comment faîtes-vous ces sons incroyables avec vos bouches ?", Noam Morgensztern (l’intrépide Arlequin de Marivaux) tente d’imiter les percussions corporelles réalisées par les jeunes. À la question "qui aimerait être comédien toute sa vie ?" Le premier à lever la main avec enthousiasme n’est ni plus ni moins que Gérard Giroudon, le doyen de la Comédie Française. Éclats de rire dans la salle. Nul doute, ils sont entre passionnés. Fatima rappelle pourtant le mot d’ordre inculqué aux élèves : "discipline, travail, discipline. Elle poursuit : "il faut faire des sacrifices pour réaliser ce travail. Un grand acteur est avant tout un grand homme. Devenir quelqu’un d’intéressant révèle l’artiste."

Le metteur en scène Galin Stoev, jusque-là en retrait, attire l’attention des adolescents : "je tenais juste à vous remercier pour cette belle leçon que vous nous avez offerte et aussi vous dire qu’à votre âge on rêve de l’artiste que l’on souhaite devenir. Mais cet artiste, il est déjà en vous, je l’ai vu aujourd’hui. Cette force est en vous, ne la perdez pas."

Avant de partir, Gérard Giroudon encercle les jeunes comédiens de ses larges bras : "Maintenant, c’est à notre tour de vous présenter notre travail, et nous espérons vous voir tous au théâtre ce week-end !"

JPEG
La Comédie Française et Nós do Morro partagent la scène de la Cidade das Artes ces prochains jours.

Infos pratiques :

"Le Jeu de l’Amour et du Hasard"
de Marivaux
par La Comédie Française

Cidade das Artes - Barra da Tijuca
Le samedi 19 octobre à 20h
Le dimanche 20 octobre à 17h
Le lundi 21 octobre à 21h


- À lire également l’article consacré aux représentations de la Comédie Française à la Cidade das Artes sur le site du Consulat : http://riodejaneiro.ambafrance-br.org/La-Comedie-Francaise-sur-la-scene

- Pour mieux connaître l’école Nós do Morro : http://www.nosdomorro.com.br/

- Voir l’article publié dans le journal O Globo sur la rencontre entre la compagnie de la Comédie Française et l’école Nós do Morro :
http://oglobo.globo.com/rio/companhia-francesa-de-teatro-sobe-vidigal-para-conhecer-nos-do-morro-10397291

publié le 28/07/2014

haut de la page