La France de Lenine

Tous les mois, une personnalité carioca répond à nos questions et nous raconte ce que la France représente pour elle. Ce mois-ci, celui qui nous livre son témoignage est le célèbre « chantauteur » brésilien Lenine, qui se sent chez lui quand il est en France :

JPEG

Quels sont vos liens avec la France ?

J’ai beaucoup de liens avec la France, qui se sont établis au long des années. Le point de départ a été quand je suis parti en tournée avec le groupe Olho de Peixe, accompagné de Denilson et Marco Suzano. Le premier pays qui nous a accueillis a été la France, dans un concert au Parc de la Villette, à Paris. Peu à peu j’ai fait des amis et j’y suis retourné chaque année avec un nouveau projet, au point de me sentir comme chez moi, en France.

Un endroit incontournable en France ?

Il m’est impossible de répondre à cette question. Il faudrait que ce soit par région. La France est gigantesque, je ne commettrai pas cette témérité.

Quel est votre mot favori en français ?

Chanson.

Quelle est votre personnalité française préférée ?

Luc Besson, pour en mentionner un seul.

Quel est le pire défaut et la meilleure qualité des Français ?

La plus grande qualité est d’être le premier pays à avoir une conscience planétaire, de l’importance des ethnies et des différences. Contre eux, je ne sais pas si j’ai quelque chose contre la France en particulier, je suis simplement contre l’impunité, la corruption, et cela n’appartient pas à un pays.

Si vous deviez résumer la France en un livre, une chanson ou un film, lequel serait-il ?

« Les Enfants du Paradis », paru au Brésil sous le titre « Le Boulevard du Crime ».

Le goût de la France (spécialités, plats, saveurs…) ?

Comme j’ai eu l’occasion de connaître profondément – m’étant présenté dans plus de 30 villes en France, sans compter les territoires d’outre-mer – il y a trop de diversité pour que l’on puisse parler de cuisine, d’architecture ou de tout autre domaine d’expression. Si vous avez l’occasion de connaître la France profondément, vous verrez qu’à chaque endroit il y a un plat différent et délicieux, chaque ville a une importance énorme… En tant que « chantauteur », j’ai une sorte de dette auprès des occitans, troubadours, pour tout ce qui vient de la France. Trop difficile de choisir une seule spécialité !

À Rio, quel est votre coin français préféré ?

La Julius Brasserie, au quartier d’Urca.

Pour vous, qu’est ce qui symbolise le lien entre la France et le Brésil ?

Une bonne synthèse du Brésil et de la France est mon cher Claude Troisgros (rires).

JPEG

publié le 27/06/2016

haut de la page