La France de Paulo Cesar Caju

Tous les mois, une personnalité carioca répond à nos questions et nous raconte ce que la France représente pour elle. Ce mois-ci, c’est un champion du monde de football qui nous livre son témoignage, le mythique joueur de l’Olympique de Marseille, Paulo César Caju !

JPEG

Quels sont vos liens avec la France ?

Des liens de coeur ! En 1974, j’ai eu l’honneur de recevoir deux propositions alors que je me trouvais en pleine Forêt-Noire. L’une pour le Paris- Saint Germain par mes copains Just Fontaine et Daniel Hechter et l’autre pour l’Olympique de Marseille de Jules Zvunka et Fernand Méric. Et bien sûr, j’ai choisi Marseille ! Parce que cette ville ressemble à Rio. J’avais vingt cinq ans, j’étais un gamin, mais déjà champion du monde de football et aux entraînements dix mille personnes venaient nous voir ! Pendant quinze années de suite, je suis allé à Roland Garros, je me souviens encore de la victoire de Yannick Noah en 1983 ! Et puis j’assistais aux défilés de la Maison Hechter, j’ai même défilé moi aussi ! Toute une histoire d’amour et d’amitié avec ce pays. En 1976, j’ai fait venir des joueurs de l’OM à Rio jouer contre le club Fluminense, plus de 300 Marseillais ont suivi leur équipe ! Je me sens comme un ambassadeur des deux pays !

Un endroit incontournable en France ?

Saint-Tropez, Marseille, Cassis, Bandol, Aix en Provence aussi où j’ai habité et où mon fils est né.

Quel est votre mot favori en français ?

Je t’aime.

Quelle est votre personnalité française préférée ?

Daniel Hechter et Yannick Noah. J’étais très copain avec son père, Zacharie, qui était joueur de foot. Yannick aussi aurait pu être footballeur, il avait du talent !

Quel est le pire défaut et la meilleure qualité des Français ?

La mauvaise humeur ! Et pour les qualités, le professionnalisme, le sérieux, la solidarité, la passion à la française.

Si vous deviez résumer la France en un livre, une chanson ou un film, lequel serait-il ?

Le film "Borsalino" tourné à Marseille avec Delon et Belmondo. En chanson, "La Bohème" d’Aznavour, "La Vie en Rose" de Piaf, et puis Adamo, et bien sûr Yves Montant, qui est venu me voir jouer au stade Vélodrome !

Le goût de la France (spécialités, plats, saveurs…) ?

Le fromage, le pâté, la pâtisserie ! Et les huîtres aussi, les moules de Cassis entre septembre et octobre.

Comment décrire la France en trois mots ?

Oh mon dieu !

À Rio, quel est votre coin français préféré ?

Chez Roland Villard au Sofitel, à son restaurant le Pré Catelan, chez lui et avec lui surtout ! Un Stéphanois qui est devenu mon pote, incroyable, non ?!

Pour vous, qu’est ce qui symbolise le lien entre la France et le Brésil ?

La décontraction de notre langue, le portugais de Rio et le français sont les plus belles langues du monde ! Nous les Brésiliens, nous représentons cette sympathie, cette manière de vivre avec tous nos pépins, mais de poursuivre avec le sourire. Quand les Français débarquent ici, ils prennent tout en bloc, la musique, la langue, tout !

JPEG


Le mois dernier, le poète, journaliste, acteur et auteur Gregorio Duvivier répondait à nos questions. Découvrez La France de Gregorio Duvivier en cliquant ici !

publié le 09/08/2016

haut de la page