Le pirogue polynésienne, discipline olympique à Rio !

JPEG
Les habitués du Rio Va’a Clube se retrouvent au petit matin sur la plage d’Urca.

Pendant que les joueurs tahitiens séduisent le public du ballon rond à la Coupe des Confédérations, un sport originaire de ces iles paradisiaques a déjà conquis son public d’amateurs à Rio : la pirogue polynésienne, le Va’a pour les initiés.

Aux premières heures du jour, la plage d’Urca s’anime. Une petite tribu d’amoureux de la mer se retrouve pour l’entrainement quotidien. À bord d’embarcations de deux, quatre, six ou douze places, les groupes se forment et prennent le départ. Des dizaines de licenciés naviguent régulièrement et l’engouement est de plus en plus contagieux. Nicolas Bourlon, directeur du Rio Va’a Clube s’enthousiasme "les cariocas se tournent de plus en plus vers la mer et le Va’a attire la curiosité". Comment ne pas être interpellé par ces silhouettes longilignes qui glissent sur les vagues en cadence ? La côte de Rio, belle de ses courbes et contours, semble dessiner pour le Va’a.

Le championnat du monde 2014 à Rio


Le mois dernier, le Président de la Fédération Internationale de Va’a, le Tahitien Charles Villierme avait fait le voyage jusqu’à la ville merveilleuse pour rendre hommage au Rio Va’a Clube devenu organisateur du prochain championnat du monde. La compétition aura lieu en août 2014 sur la lagune Rodrigo de Freitas et devrait rassembler un millier d’athlètes venus de toutes les mers.

JPEG
Les organisatrices du Championnat du Monde de Va’a 2012 de Calgary remettent à Nicolas Bourlon la rame symbole de la compétition, sous les yeux de Charles Villierme, Président de la Fédération internationale de Va’a.

Discipline paraolympique aux JO 2016


Une occasion exceptionnelle de poser un coup de projecteur sur ce sport qui vient d’être admis en tant que discipline aux prochains Jeux Paraolympiques de Rio 2016.

JPEG
L’équipe du Rio Va’a Clube

"Ce qui se passe est incroyable, le Championnat du monde en 2014 et les Jeux Paraolympiques de 2016 seront des moteurs pour les jeunes du club qui s’entraînent dur et sont des athlètes fantastiques, se réjouit Nicolas. Que les jeunes soient handicapés ou non, et quelle que soit leur origine sociale, quand ils s’assoient tous ensemble dans le Va’a, ils sont au même niveau". Parfait exemple d’intégration sociale par le sport, qui n’aurait pas déplu à Coubertin.

JPEG

Infos pratiques :
Rio Va’a Clube
http://www.riovaa.com/
Mail : contato@riovaa.com
Fédération Internationale de Va’a - FIV
http://www.ivfiv.org/

publié le 28/07/2014

haut de la page