Les Français de Rio - Juin 2014

Chaque mois, nous vous proposons une rapide rencontre avec des Français qui ont choisi de vivre à Rio. Quelques questions, toujours les mêmes, dressent de bref portraits, qui sont l’occasion de mieux connaître notre communauté.

Voici les quatre premiers personnages de notre nouvelle série :

Vincent Marra, "Rio c’est l’opportunité, la convivialité, la spontanéité"

JPEG

Vincent a 50 ans, il est marié et papa de deux enfants. Il est Carioca depuis huit ans.

Ville d’origine : Paris
Quartier de Rio : Flamengo


Pourquoi avoir choisi Rio ?
Mon épouse est Carioca. L’envie de vivre à Rio a toujours été un souhait pour moi, particulièrement après la naissance de notre deuxième enfant.

Quelles ont été les premières impressions en arrivant ici ?
L’exotisme, la convivialité, la douceur du climat et les opportunités professionnelles.

Quelle est votre occupation professionnelle, votre engagement, votre activité principale actuellement ?
Enseignent au Lycée Molière, professeur de français (cours particuliers), pianiste. Mon activité principale, le piano.

Qu’est-ce que Rio a changé en vous ?
Mon état d’esprit, mon comportement (je suis plus ouvert, plus réceptif) et plus envie de transmettre mes connaissances.

Être Carioca pour vous, c’est quoi ?
En plus d’aimer la musique, le sport et la plage, c’est également partager plus facilement les bons moments, improviser plus facilement une fête, un dîner, plus spontanément qu’en Europe.

Si vous deviez choisir un endroit à Rio, quel serait-il ?
Urca, que je ressens comme un petit village de province dans la ville.

Rio en trois mots :
Opportunité, convivialité, spontanéité


Constance Bachoud, "Rio c’est vivant, positif, nature"

JPEG

Constance a 26 ans, elle vit avec son petit-ami et son frère habite également à Rio. Elle est Carioca depuis deux mois, après trois années à São Paulo.

Ville d’origine : Soissons
Quartier de Rio : Copacabana

Pourquoi avoir choisi Rio ?
Le dynamisme économique, le temps avec un hiver à 18°C (et le bonheur de s’entendre dire qu’il fait froid !) et l’environnement naturel.

Quelles ont été les premières impressions en arrivant ici ?
Ce n’est pas pour rien que Rio est considéré comme une des plus belles villes du monde. La beauté de la nature m’a vraiment marqué. La facilité des gens à parler aux inconnus est aussi surprenante quand on arrive de Paris. Le contraste entre le Rio Zona Sul, propre et bien organisé, et les quartiers complètement délaissés.

Quelle est votre occupation professionnelle, votre engagement, votre activité principale actuellement ?
Je développe D3i Engenharia (www.d3i.com.br), filiale commune de trois bureaux d’études européens (Soderef, IOA, Monod-Piguet) spécialisés chacun dans les différents domaines de l’ingénierie civile et dans la conception d’édifices industriels ou logistiques. D3i réunit aujourd’hui 200 ingénieurs avec une expérience particulière dans les projets complexes et de grande envergure.

Qu’est-ce que Rio a changé en vous ?
Le Brésil, de manière générale, m’a apporté d’abord le portugais. J’ai gagné en confiance aussi, une certaine spontanéité et un côté extraverti. On vit plus sur le moment et… on arrête de croire qu’un oui est un oui et un non est un non ! La flexibilité et la patience deviennent des qualités indispensables.

Être Carioca pour vous, c’est quoi ?
Ne pas avoir forcément envie de voyager le week-end parce qu’on a la mer, le soleil, les randonnées, la orla, Lapa et des botecos à chaque coin de rue. Et aussi : voir les bus doubler les voitures sur l’aterro, pouvoir boire tous les jus de fruits les plus exotiques et de l’eau de noix de coco, manger de l’açaï, faire du sport tous les jours, connaitre toutes les sambas et pagodes (et critiquer la musique sertaneja tout en l’écoutant de temps en temps), avoir les meilleurs réveillons et carnavals à domicile. Et aussi : considérer qu’on vit dans une des plus belles villes du monde et surtout que les Paulistas sont forcément moins drôles et jaloux !

Si vous deviez choisir un endroit à Rio, quel serait-il ?
En haut des Deux frères où l’on voit une des plus belles vues de Rio.

Rio en trois mots :
Vivant, Positif, Nature


David Saint-Gilles, "Rio c’est tranquilo, jeitinho, valeu !"

JPEG

David a 36 ans il est marié et papa de trois enfants. Il est Carioca depuis sept ans.

Ville d’origine : Limoges
Quartier de Rio : Ipanema

Pourquoi avoir choisi Rio ?
Rio fait partie de ces destinations "Pétrole" où l’on a des chances de s’expatrier lorsqu’on travaille dans mon secteur d’activité. Quand une opportunité s’est présentée en 2007, nous étions en Angola, on ne s’est pas trop posé de questions…

Quelles ont été les premières impressions en arrivant ici ?
Quand on arrive à Rio, on est immédiatement saisi par la beauté du site. On réalise que l’on est dans une ville vraiment unique avec une identité forte.

Quelle est votre occupation professionnelle, votre engagement, votre activité principale actuellement ?
Je travaille chez un opérateur pétrolier britannique comme chef de projet pour des développements offshores.

Qu’est-ce que Rio a changé en vous ?
Sept ans à Rio, ça laisse des traces. Je pense que ça m’a changé dans mes relations avec les autres. Ici on est beaucoup plus démonstratif et "tactile" avec ses amis et même ses collègues. On engage plus facilement la conversation avec un inconnu dans le bus ou dans un ascenseur.

Être Carioca pour vous, c’est quoi ?
C’est l’impression d’être en vacances toute l’année. En short, de janvier à décembre, le sport, la plage, les caïpirinhas.

Si vous deviez choisir un endroit à Rio, quel serait-il ?
Arpoador, nous y avons habité les premières années. un tout petit quartier, à part, au milieu des plages de la Zona Sul.

Rio en trois mots :
Tranquilo, Jeitinho, Valeu !


Anne-Constance Despretz, "Rio c’est la joie de vivre !"

JPEG

Anne Constance a 47 ans, elle est mariée et maman de cinq enfants, trois étudiants en France et deux plus jeunes au Lycée Molière. Elle est Carioca depuis bientôt deux ans.

Ville d’origine : Aix en Provence
Quartier de Rio : Copacabana (Arpoador)

Pourquoi avoir choisi Rio ?
Je n’ai pas eu le choix de la ville, mais j’ai bien apprécié la proposition !

Quelles ont été les premières impressions en arrivant ici ?
Ma première impression ? Grosse chaleur, en novembre ! Il y a du monde partout ! Je fus saisie par la beauté de la baie de Rio.

Quelle est votre occupation professionnelle, votre engagement, votre activité principale actuellement ?
J’étais agent artistique, n’ayant pas de visa de travail au Brésil, j’ai choisi d’être volontaire dans une ONG, le Projeto Uerê, école de 400 enfants... j’ai créé une formation musicale de 20 violons depuis aout 2013. j’y vais 2 jours par semaine, et le reste, je donne des cours de violons à des enfants français et brésiliens. Je visite Rio, j’accueille la famille, les amis !

Qu’est-ce que Rio a changé en vous ?
Ce qui a changé en moi ! La patience, prendre le temps, observer puis agir…

Être Carioca pour vous, c’est quoi ?
Être Carioca c’est se baigner tôt à Copacabana, plusieurs fois par semaine avant de commencer une journée ! Prendre son journal et lire sur une chaise, sous un parasol avec une agua de coco !
_
Si vous deviez choisir un endroit à Rio, quel serait-il ?
Un endroit ? ce serait le quartier santa Teresa, sur une terrasse dans un des petits restaurants qui donnent sur le Centro..

Rio en trois mots :
Joie de vivre !

publié le 12/06/2014

haut de la page