Mes études en France - janvier 2016

Une fois par mois, nous vous présentons une brève rencontre avec des brésiliens de Rio de Janeiro, Minas Gerais et Espirito Santo, qui ont étudié en France. Quelques questions, toujours les mêmes, nous permettent de connaître un peu de l’expérience de ceux qui sont partis pour étudier dans des universités françaises.

Diana Freitas : « Étudier en France a été pour moi une ouverture vers le monde ! »

JPEG

Diana a 32 ans, elle a étudié en France pendant 7 ans. Elle a conclu un Master en Sociologie Urbaine à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, un post-Master en Architecture et Philosophie à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris à La Villette.

Ville d’origine : Rio de Janeiro

Ville de ses études en France : Paris

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?*
Parce que je parlais déjà la langue, puis j’avais toujours rêvé de connaître le pays.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?*
Mon premier appartement était tout près de la station de métro Château d’Eau, où il y a beaucoup d’africains et de chinois, beaucoup de salons de coiffure et beaucoup de monde dans les rues. Cela était inouï pour moi, je ne rendais pas compte avant d’arriver du grand nombre d’immigrants qu’il y a en France, je ne voyais presque pas de parisiens dans les rues.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?*
De ces sept ans, mes souvenirs sont innombrables. Une des choses je me rappelle bien, de quand je vivais dans une banlieue de Paris, est du bus que je devais prendre pour rentrer chez moi lorsque je sortais le soir. Comme il ne passait qu’une fois toutes les heures, je devais calculer exactement le moment de quitter la fête, pour ne pas le perdre. Malgré ce petit inconvénient, le voyage était super tranquille, même pour une femme seule.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?*
Au long du temps que je suis passée en France, j’ai fait de nombreuses amitiés. Mon petit ami est aussi français. Je cherche à être toujours en contact avec la langue, j’ai ainsi fait quelques amis français au Brésil. Mon projet est de travailler pour une entreprise française, ce qui me permettra de garder mes liens avec la France.

Quelle est votre activité professionnelle ?*
Je suis architecte et urbaniste, mais comme j’ai travaillé pendant quelques années chez Séphora, je fais aussi du maquillage.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?*
Je pense que le plus important a été mon ouverture vers le monde. D’abord du fait d’avoir rencontré tant de personnes de différentes cultures ; ensuite, par la localisation géographique et la facilité de visiter d’autres pays, ce qui est très enrichissant. Finalement, j’ai acquis énormément d’expérience, aussi bien du côté personnel que professionnel, ce qui m’a apporté beaucoup de maturité.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?*
Expérience, apprentissage, amusement.

Trois mots pour résumer le pays ?*
Culture, patrimoine, gastronomie.

Gustavo Kusdra : « Mon séjour en France m’a ouvert les yeux vers le monde ! »

JPEG

Gustavo a 23 ans, il a suivi les cours d’ingénierie générale à l’École Centrale de Nantes (ECN) en double diplôme dans le cadre d’une échange presque 3 ans, avec en plus un cours d’été intensif de langue française au CAVILAM de Vichy, un stage ouvrier d’un mois à la raffinerie de Total à Donges et un stage de 6 mois comme ingénieur à la direction régionale de Veolia EAU à Nantes, outre les 4 semestres académiques à l’ECN.

Ville d’origine : Rio de Janeiro

Ville de ses études en France : Nantes (Loire Atlantique)

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?*
J’aime les langues et j’ai commencé à apprendre le français dès que j’étais tout petit, poussé par ma mère et ma grand-mère, alors j’avais déjà un lien avec la France depuis mon enfance. Avant d’aller étudier à l’UFRJ, j’ai su par des amis et surtout par un cousin, de la possibilité d’obtenir un double diplôme. Bien avant d’avoir fini le lycée, je voulais déjà suivre des études en ingénierie et j’ai commencé à affabuler, appuyé par mon père, que je partirais en Europe. Pour une raison mystérieuse, cette idée me fascinait ! Je suis dont entré à l’UFRJ et lorsque le programme d’échanges nous a été présenté, je n’ai eu aucun doute : j’ai tout fait pour partir ! Heureusement tout s’est bien passé et j’ai pu avoir l’expérience très édifiante d’un séjour à l’étranger.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?*
Je suis arrivé en France en juillet 2012, j’étais parti tout seul du Brésil pour suivre mon rêve d’aller étudier en Europe, en laissant derrière tous et tout ce que je connaissais. Je suis tombé en plein été européen à Vichy, entouré par des jeunes des quatre coins de la planète et de France. Dès le début j’ai eu une sensation qui m’a impressionné et qui a perduré tout au long de mon séjour en France : la perception des mille facettes du monde, ce que j’ai pu mieux comprendre lorsque j’ai vécu dans une maison où nous étions 7 colocataires de 6 différentes nationalités. Je partageais mon temps en salle de classe et mes heures libres avec des gens de différentes parties du Brésil et du monde. Cette première impression a toujours été accompagnée des 3 idées clef de la société française (liberté, égalité, fraternité) et de l’effort diplomatique que font les Français de s’ouvrir vers le monde et de se laisser connaître.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?*
Ah, ce sont tellement de souvenirs ! Mais sans doute le climat a été une des choses qui m’a le plus marqué. Le plaisir de voir le changement des saisons était énorme : j’observais l’humour des personnes, la température, les paysages et surtout le lever et le coucher du soleil ! je n’oublierai jamais mon premier été en Europe, je venais de sortir de chez moi et j’allais rencontrer des amis après le dîner ; lorsque j’ai pris mon portable pour les appeler et leur dire que j’étais en retard, je me suis rendu compte qu’il était déjà 23h et que le soleil ne s’était pas encore couché. Je n’ai pu que m’arrêter, respirer profondément et admirer cet éphémère moment, et cela n’a cessé de me fasciner à chaque été, pendant tout mon séjour.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?*
Je garde toujours quelques contacts avec des amis français partout dans le monde, y inclus au Brésil et à Rio. J’écoute la musique française tous les jours et je lis parfois des articles en français sur internet. Au long de cet échange d’études, j’ai aussi fait plusieurs amis brésiliens, du nord au sud du pays, et avec eux je communique souvent.

Quelle est votre activité professionnelle ?*
A présent je termine ma graduation en ingénierie chimique à l’UFRJ.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?*
Ce serait plus facile de dire ce qui n’a pas changé ! Mon séjour en France m’a ouvert les yeux sur le monde et sur la vie de tellement de manières ... Je considère que j’ai eu une chance inoubliable de vivre une sorte d’« Allégorie de la Caverne » au long de mon séjour. C’était une période intense d’évolution et de découvertes, rempli des plus diverses expériences ! Je me suis énormément développé du côté académique, professionnel, et surtout personnel. J’ai pu pratiquer plusieurs langues étrangères, j’ai fait la connaissance de personnes très intéressantes, j’ai visité des sites touristiques, j’ai appris à reconnaître les nuances et les traditions de diverses cultures, j’ai déconstruit des préjugés, j’ai vécu mille aventures, je suis devenu plus indépendant, j’ai muri, j’ai étudié, j’ai travaillé, je me suis exploité et j’ai vu de près la pluralité du monde et surtout du Brésil. Je me suis trompé, et parfois gravement, ce qui a fini par rendre le résultat de mon séjour encore plus positif !

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?*
Aventures, amitiés et connaissance de moi-même.

Trois mots pour résumer le pays ?*
Gastronomie, tranquillité et culture.

Bolivar Torres : « Une expérience transformatrice ! »

JPEG

Bolivar Torres est journaliste, il a aujourd’hui 34 ans. Il a étudié en France à l’École Le Plan d’Alès puis au Collège Alphonse Daudet.

Ville d’origine : Porto Alegre RS

Ville de ses études en France : Alès (près de Montpellier)

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?*
Encore enfant, j’ai accompagné mes parents qui sont partis vivre à Alès. Mon beau-père faisait à l’époque un doctorat en ingénierie des mines.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?*
Ma première impression a été qu’il faisait très froid. Je me souviens aussi que les couleurs étaient différentes, moins vibrantes. Je suis arrivé en France en hiver et je n’avais jamais quitté le Brésil auparavant.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?*
Les printemps au sud de la France étaient inoubliables ! L’air commençait à changer et tout était plus colorié : le vert des arbres et le paysage des Cévennes avait un arôme de pin, de romarin et de thym.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?*
Aujourd’hui je retourne souvent en France pour des randonnées. En tant que journaliste, je fais des interviews avec des personnalités françaises.

Quelle est votre activité professionnelle ?*
Je suis journaliste.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?*
Comme j’étais très jeune, c’était une expérience vraiment transformatrice !

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?*
Transformatrice, heureuse, curieuse.

Trois mots pour résumer le pays ?*
Intéressant, provocateur, idéaliste.

João Pedro Montorfano : « J’ai appris à faire des plans et à les exécuter ! »

JPEG

João Pedro a étudié à l’École Centrale de Nantes pendant deux ans.

Ville d’origine : Rio de Janeiro

Ville de ses études en France : Nantes (Loire Atlantique)

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?*
J’étais familiarisé avec la langue française et je faisais confiance à la qualité de l’enseignement français. La France me proposait les meilleurs choix d’études et la possibilité de bourses.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?*
J’ai eu l’impression que les personnes marchaient très vite.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?*
De la ville de Nantes, du centre-ville, de l’Erdre.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?*
Je suis les nouvelles en permanence et j’ai l’intention d’y retourner pour mon Master.

Quelle est votre activité professionnelle ?*
Je suis étudiant en Ingénierie Structurelle.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?*
J’ai changé la façon de faire face aux problèmes du quotidien, en essayant de ne pas trop stresser, de voir qu’il y a des problèmes différents partout. J’ai appris à me débrouiller, à concrétiser mes plans, à les réaliser tout seul. J’ai aussi vu combien de préjugés nous pouvons garder dans la tête, et qu’il faut toujours les laisser aller.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?*
Indépendance, conscientisation, découverte.

Trois mots pour résumer le pays ?*
Pain au chocolat, SNCF (sic), insouciance.

publié le 05/02/2016

haut de la page