Mes études en France - juillet 2015

Chaque mois, nous vous proposons une rapide rencontre avec des Brésiliens des états de Rio de Janeiro, Minas Gerais et Espirito Santo ayant choisi d’aller étudier en France. Quelques questions, toujours les mêmes, dressent de brefs portraits, qui sont l’occasion de mieux connaître ceux qui sont partis étudier dans notre pays.

Maria Cecília Barros : "Étudier en France signifie pour moi maturité, amitié et gratitude !"

JPEG

Maria Cecília a 27 ans, elle a suivi le cours d’ingénierie à l’Ecole Centrale de Nantes pendant deux ans.

Ville d’origine : née à São Paulo, elle réside actuellement à Rio de Janeiro

Ville de ses études en France : Nantes

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
Dès que je suis entrée à l’université au Brésil, j’ai commencé à analyser les possibilités d’étudier à l’étranger. Le programme de Double Diplôme en France est celui qui m’a semblé le plus intéressant, du aux trois principaux motifs suivants : Premièrement, j’ai commencé à étudier le français depuis mes 12 ans, car j’aimais beaucoup l’histoire et la culture du pays, puis j’avais envie d’aller vivre là-bas. Ensuite, j’étais persuadée qu’en ayant un diplôme d’enseignement supérieur d’une institution française je pourrais élargir mes frontières professionnelles et travailler en Europe. Finalement, l’obtention de la Bourse Eiffel me permettait de payer le coût de mon séjour à l’étranger.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
C’était une sensation d’être accueillie. Je suis arrivée à Vichy, qui est une ville relativement petite, où j’aurais d’abord des cours de français pendant deux mois. Je suis allée vivre chez une dame très gentille et cela a énormément facilité mon adaptation. J’étais enchantée par la région de l’Auvergne, avec ses petits villages et ses volcans !

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Il m’est difficile de choisir un seul souvenir, alors je parlerai de celui qui est le plus récent. A la fin de mon séjour en France, j’ai habité à Pau, pour faire un stage. Tous les jours, j’allais travailler en bicyclette, avec un ami qui était très drôle, on se marrait tout au long du chemin ! Puis on avait toujours les Pyrénées au fond, on dirait une peinture, c’est une image de laquelle je me souviens souvent.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Aujourd’hui, mon lien avec la France se fait par l’intermédiaire de quelques amis avec lesquels j’ai gardé le contact et de mon envie d’y retourner, au moins pour les vacances.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis ingénieur dans une entreprise pétrolière.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Lorsque je suis arrivée en France j’étudiais énormément et je ne comprenais pas pourquoi mes collègues se contentaient d’être « simplement » de bons élèves, car je voulais être entre les meilleurs. Ensuite, j’ai commencé à comprendre qu’en fait ils étaient ambitieux, parce qu’ils voulaient développer les divers aspects de la vie de façon équilibrée. Le sport, le loisir, la culture et l’engagement dans au moins une association d’étudiants, sont des activités présentes dans la vie de la plupart des étudiants français. Aujourd’hui, je valorise beaucoup plus l’équilibre entre de multiples intérêts que l’excellence en quelques activités seulement.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Maturité, amitié et gratitude.

Trois mots pour résumer le pays ?
Respect, social et bien-être.

Eduardo da Mata Fonseca : "Étudier en France signifie pour moi intensité, apprentissage, amitié !"

JPEG

Eduardo a 24 ans, il a suivi le cours de lettres et littérature française à l’Université Lumière Lyon 2.

Ville d’origine : Rio Bonito (RJ)

Ville des études en France : Lyon

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
Tout d’abord, parce que c’était mon rêve, d’aller étudier à l’étranger. Ensuite, parce que je me suis toujours intéressée par la France, surtout par l’aspect de la culture et de l’éducation. Il était clair qu’une formation en France serait très importante pour ma carrière.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
Je pense que comme je venais de faire un stage au Lycée Molière de Rio de Janeiro, je me suis senti très à l’aise avec les personnes et la langue. J’avais l’impression d’être dans un film fait à partir d’un livre que j’avais déjà lu plusieurs fois, sauf que j’étais très surpris car le film était meilleur que le livre !

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Mon plus grand souvenir est un plat d’endives au jambon, préparé par quelqu’un de très spécial pour moi, qui a voulu me faire plaisir. Les endives étaient très amères, mais la tendresse et l’amour de cette personne pour élaborer ce plat représente bien l’hospitalité française.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Outre la langue, puisque je donne des cours de français ici à Rio, mon plus grand lien avec la France sont les vrais amis que j’ai laissés là-bas. Je dirais qu’ils sont comme une famille pour moi !

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis professeur de français langue étrangère.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
C’est grâce à cette expérience que j’ai appris à mieux respecter les différences, à être plus cordial au quotidien, à être plus humain. En ce qui concerne mes études, l’expérience acquise en France a été professionnellement cruciale pour que je sois où je suis aujourd’hui.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Intensité, apprentissage, amitié.

Trois mots pour résumer le pays ?
Beauté, cordialité, respect.

Antonio Ferreira : "Étudier en France signifie pour moi apprentissage, divertissement, nouveautés !"

JPEG

Eduardo a 23 ans, il a étudié l’histoire de l’art et de la culture française à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) pendant quelques mois en 2013.

Ville d’origine : Rio de Janeiro

Ville de vos études en France : Paris

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
La France est un des plus grands pôles intellectuels et culturels du monde. C’est l’épicentre de plusieurs événements historiques, culturels et politiques, qui ont énormément impacté le monde à travers les siècles. La Révolution Française, les Impressionnistes, les polémiques actuelles concernant l’immigration, la "Françafrique", la Chanson Française, les BD comme Le Chat du rabbin sont quelques exemples.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
« Ce sera une excellente expérience ».

Quelle est votre plus grand souvenir de la France ?
Ce sont tellement de souvenirs, il m’est difficile de choisir le plus grand. Mais un jour, je suis allé visiter les châteaux du la Loire, avec des amis en voiture ; au retour, nous sommes restés bloqués dans un embouteillage à cause d’une manifestation sur la route. Fatigué et un peu agacé, j’ai regardé par la fenêtre et j’ai vu deux petites dames un peu âgées. L’une poussait le fauteuil roulant de l’autre, et celle qui était assise portait une affiche sur laquelle il était écrit « mariage pour tous ». Difficile de ne pas être solidaire !

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Même après quelques années, je reste toujours en contact avec mes amis de là-bas. Une ancienne tutrice de français que j’ai eu à la Sorbonne a déménagé au brésil pour faire son master ici à Rio.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis avocat.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Ce genre d’expérience est très important au niveau du développement personnel. J’ai acquis un sens d’indépendance et de contrôle, et j’ai perfectionné mon français.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Apprentissage. Divertissement. Nouveautés.

Trois mots pour résumer le pays ?
Culture. Diversité. Histoire.

Camila Castro de Alencar : "Étudier en France signifie pour moi la liberté, l’amitié et le développement !"

JPEG

Camila a 23 ans, elle a suivi des études de sciences politiques et de droit pendant 1 an à l’Université Pierre-Mendès-France.

Ville d’origine : Recife, ville de résidence : Rio de Janeiro

Ville de ses études en France : Grenoble

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
J’ai toujours été passionnée par les voyages et j’avais l’intention de faire un échange international depuis que je suis entrée à la fac. Plusieurs membres de ma famille connaissaient la France, ma sœur et deux de mes cousins y avaient déjà étudié, alors mon choix a été plutôt naturel. La possibilité d’apprendre une autre langue, la qualité des facs de Sciences Po et la culture du pays m’attiraient beaucoup, ainsi que le caractère international de la plupart des cités universitaires.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
Au début, j’étais sous l’enchantement de l’architecture et de la beauté naturelle locale. Mais je pense que ce qui m’a le plus marqué à mon arrivée a été le style de vie, de tout pouvoir faire à pied, sans me préoccuper de la violence, d’avoir des loisirs bon marché … C’est tout un environnement très différent de ce que je connaissais à Recife et je me suis tout de suite identifiée.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Je vivais dans la région des Alpes, alors je voyais les montagnes par toutes les fenêtres. La nature dans cette région de la France est spécialement belle, avec des lacs et des rivières nourries par la neige des montagnes !

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Je suis fréquemment en contact avec la plupart de mes amis de France et je compte y retourner pour faire mon Master.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis en train de terminer ma licence mon cours de Sciences Politiques du Pernambouc et je travaille dans un projet social d’éducation civique.

en quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Pendant le temps de mes études en France je me suis bien amusé et j’ai beaucoup voyagé, mais j’ai aussi beaucoup appris sur moi-même. L’expérience m’a permis d’avoir le courage de me lancer sur d’autres expériences à l’international et d’être plus ambitieuse professionnellement.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Liberté, amitié et développement.

Trois mots pour résumer le pays ?
Culture, diversité et joie de vivre.

publié le 09/11/2015

haut de la page