Mes études en France - juillet 2016

Chaque mois, nous vous proposons une rapide rencontre avec des Brésiliens des états de Rio de Janeiro, Minas Gerais et Espirito Santo ayant choisi d’aller étudier en France. Quelques questions, toujours les mêmes, dressent de brefs portraits, qui sont l’occasion de mieux connaître ceux qui sont partis étudier dans notre pays.

« J’ai toujours été amoureuse de Paris, c’est la ville de mes rêves ! », nous révèle l’étudiante Juliana Paiva ; pour Louise Queiroga, son séjour à la ville lumière est une leçon de vie : « J’apprends à être plus patiente et courageuse » réfléchit-elle ; tandis que la professeure Maria Clara a de très bons souvenirs de « cinémas, bibliothèques, bicyclettes ».

Connaissez maintenant un peu plus de ces trois étudiantes, suivez leurs parcours et sachez pourquoi elles ont décidé d’aller étudier en France :

Louise Queiroga : l’expérience de cet échange étudiant m’a appris à être plus patiente et courageuse.

PNG

Louise, de 24 ans, est de Niterói. Elle a étudié à l’IÉSEG School of Management, ses matières préférées sont le marketing, la communication et la gestion !

Ville de ses études en France : Lille

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
J’ai toujours été amoureuse de la France, de sa culture, sa langue, son cinéma, sa musique, sa gastronomie ... J’ai étudié un peu le français dans mon adolescence, mais j’ai dû interrompre pour me préparer aux examens d’entrée à l’université. Plusieurs années plus tard, j’ai eu envie de participer d’un programme d’échange étudiant. J’ai hésité entre les États-Unis et l’Europe, mais lorsque j’ai vu que l’IÉSEG proposait un cursus en anglais, je me suis décidée pour la France. J’ai repris mes cours de français et je suis partie du Brésil en ayant un niveau B1, suffisant pour vivre et effectuer mes activités quotidiennes, comme aller à la banque, visiter les boutiques, faire mes courses, manger au restaurant, prendre le train, me rendre à l’aéroport…

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
Il faisait très froid, c’était la première fois que je sentais ce que c’est l’hiver. J’en étais ravie. Tout me plaisait. J’étais logée dans l’université, j’avais ma propre chambre avec un coin cuisine et une salle de bains. Je ne pourrais être plus heureuse. L’accueil au Club International (créé par des étudiants français) était excellent. Ils organisaient des rencontres pour que les étrangers se connaissent entre eux, ils préparaient des petits déjeuners à la fac, ils nous ont fait un tour dans le voisinage en nous montrant les bars, la bibliothèque, l’endroit où nous devrions nous rendre pour résoudre les problèmes de l’assurance santé, entre autres activités. Nous avons été très bien reçus. Lille est une ville très accueillante.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
J’aimais bien l’habitude de se visiter les uns les autres. Comme il faisait très froid, personne n’a l’habitude de rester dehors le soir. Il y avait beaucoup de fêtes chez les étudiants, aussi bien chez les français que chez les étrangers, même pendant les jours de semaine. Le lendemain, nous étions tous en classe. C’était super, car nous avions des liens et ne nous sentions pas seuls.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Je communique de temps en temps avec un ami. Je n’ai pas fait beaucoup d’amis français.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis attachée de presse auprès d’une agence (Dona Comunicação).

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
L’expérience de cet échange étudiant m’a appris à être plus patiente et courageuse. Même si d’une part j’ai dû apprendre à être plus prudente, en étant seule, loin de chez moi et de ma famille, je me suis rendu compte que je pouvais aussi me lancer d’avantage pendant le voyage. Je ne m’empêchais plus de partir en voyage par peur. J’achetais mon billet et je partais à l’aventure pour connaître de nouveaux endroits.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Inoubliable, merveilleuse, transformatrice.

Trois mots pour résumer le pays ?
Accueillant, culturel, fiable.

Juliana Paiva : nostalgie, apprentissage et amour !

JPEG

Juliana est aussi née à Niterói, elle a 21 ans. Elle a suivi les cours de français chez France Langue

Ville de ses études en France : Paris

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
J’ai toujours eu envie de faire un échange étudiant, mais je m’intéressais plutôt aux pays dans lesquels je pourrais perfectionner mon anglais. Ma sœur a été admise dans une université parisienne pour un cours de six mois et il nous était difficile de partir chacune d’un côté. Alors j’ai décidé de saisir l’occasion et je suis partie avec elle. J’ai toujours été amoureuse de Paris, c’était la ville de mes rêves et je pense que c’est ce qui m’a aidée, car je ne parlais pas un mot de français. J’ai commencé à apprendre à parler la langue sur place, au début j’avais un peu peur de ne pas réussir...

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
Oh comme il fait froid, oh les personnes sont aussi un peu froides, je ne comprends pas ce qu’elles disent. Est-ce que je tiendrai le coup de rester six mois loin de chez moi ?

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Il m’est difficile de parler de mon plus grand souvenir. Je crois que c’était l’opportunité d’avoir vécu cette expérience.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Mon grand lien est de rester en contact avec quelques amitiés faites là-bas.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis étudiante en publicité et marketing à l’ESPM de Rio.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Je me suis épanouie, aussi bien personnelle que professionnellement. J’ai rencontré des personnes de différents pays. Comme j’avais déjà l’idée de travailler dans le marketing de la mode, ce séjour en France m’a beaucoup fait progresser. Il paraît que j’ai beaucoup muri, tout le monde me le dit. Maintenant je suis plus sure de moi-même, sans dire que juste le fait de s’éloigner de la famille pendant six mois change énormément votre façon d’être. Je ressentais beaucoup de nostalgie, mais à mon retour je savais qu’il était possible de vivre et d’être heureuse loin de chez moi. J’aimerais vivre à l’étranger de nouveau quand j’aurai fini l’université, pour mon Master, peut-être pas nécessairement à Paris. Je suis toujours ouverte à de nouvelles opportunités. Je crois qu’elles se présentent quand on ne s’y attend même pas.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Nostalgie, apprentissage et amour.

Trois mots pour résumer le pays ?
Beau, charmant, avec des personnes un peu froides en comparant avec le Brésil.

Maria Clara : J’ai toujours trouvé que le pays était excellent pour les études, avec son abondance de bibliothèques et d’activités culturelles gratuites.

JPEG

Maria Clara, de 33 ans, est de São Gonçalo. Elle a fait un Doctorat Sandwich à Paris IV pendant 7 mois.

Ville de ses études en France : Paris

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
Le sujet de mon doctorat était un auteur français.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
J’avais déjà visité la France auparavant, ma licence en lettres et langue française. J’ai toujours trouvé que le pays était excellent pour étudier, au vu de l’abondance de bibliothèques d’activités culturelles gratuites.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Je me réjouis d’avoir fait la connaissance de plusieurs amis étrangers.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Je suis professeure de français à l’Université de l’Etat de Bahia et je participe d’un groupe de recherches à Paris IV.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Professeure.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Ce séjour m’a permis d’approfondir mes liens avec la langue et la culture francophones.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Cinémas, bibliothèques, bicyclettes.

Trois mots pour résumer le pays ?
Multiculturalisme, monuments, paysages.

publié le 20/07/2016

haut de la page