Mes études en France - novembre 2015

Chaque mois, nous vous proposons une rapide rencontre avec des Brésiliens des états de Rio de Janeiro, Minas Gerais et Espirito Santo ayant choisi d’aller étudier en France. Quelques questions, toujours les mêmes, dressent de brefs portraits, qui sont l’occasion de mieux connaître ceux qui sont partis étudier dans notre pays.

Marcela Wolff : "Étudier en France a signifié pour moi Expérience, Développement et Respect !"

JPEG

Marcela a réalisé sa maîtrise à Grenoble, une des plus grandes villes universitaires de France où se trouvent plusieurs laboratoires de recherches et de technologie !

Ville d’origine : Rio de Janeiro

Ville de ses études en France : Grenoble

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
J’ai suivi un programme de maîtrise avec lequel j’ai visité trois pays : l’Allemagne, la France et les États Unis. À Grenoble, la capitale de l’Isère, s’est déroulée la deuxième étape de mon programme de maîtrise. C’était une expérience très enrichissante, car j’étais dans une des plus grandes villes universitaires de France, où se trouvent plusieurs laboratoires de recherche et de technologie. En plus, la beauté naturelle de Grenoble est spectaculaire.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
La vie universitaire de manière générale : la cité universitaire, la posture politique des étudiants et aussi le paysage. C’était une expérience très enrichissante, de laquelle je m’inspirerai pour toute la vie.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Les montagnes enneigées de Belledone autour du campus universitaire en plein été. J’ai pu observer à quel point le paysage peut influencer le quotidien des personnes. Les étudiants se promènent parfois dans le campus avec leurs skis au dos, ils trouvent dans le sport une motivation pour les études.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Pendant mes études en France, j’ai effectué un stage au laboratoire de recherches G-SCOP (Sciences pour la Conception, l’Optimisation et la Production), où j’ai appris beaucoup de choses que j’utilise maintenant dans ma vie professionnelle. J’ai eu l’occasion de travailler dans des programmes de technologies avancées, sous l’orientation de professeurs très compétents. Je continue à renforcer mes liens avec la France, à chaque petit contact avec la culture française.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis Consultante en ‘Expérience de l’Usager’, en Technologie de l’Information.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Ce qui a changé pour moi, j’ai appris avec les Français à avoir un sens d’appartenance à la société, en tant que citoyenne. Dès leur plus jeune âge, les Français s’engagent dans des questions politiques et développent une participation active dans la construction d’une société plus juste. J’ai observé que cela s’exprime non seulement dans les sujets politiques, mais aussi dans les rapports entre les personnes. Ce sont des valeurs que j’admire beaucoup et que j’espère emporter avec moi, où que j’aille.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Expérience, Développement et Voilà !

Trois mots pour résumer le pays ?
Société, Connaissance et Respect.

Natalia Duz Hass : "Étudier en France a signifié pour moi Connaissance, Intensité et Surmonter les difficultés !"

JPEG

Natalia a 22 ans, elle a suivi le cours d’Ingénierie Mécanique à l’INSA de Lyon.

Ville d’origine : Porto Ferreira (SP), résidant actuellement à Campinas (SP)

Ville des études en France : Lyon

Ville du stage en France : Grenoble

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
Entre les opportunités d’études à l’étranger proposées par mon université, c’était l’Europe qui m’attirait le plus l’attention. Entre les pays d’Europe, la France me paraissait la plus intéressante. Son histoire et sa culture me fascinaient, ainsi que la beauté de langue, la qualité de vie et le niveau des universités. En plus, mon université m’a donné la possibilité non seulement de faire un échange, mais d’obtenir un double diplôme. Cela représentait un développement professionnel et personnel plus important pour moi, car la durée du cours serait de deux années au lieu d’une seule.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
Ma première impression en arrivant en France a été que la ville de Lyon était vide. Comme je suis arrivée en août, plusieurs magasins étaient fermés en plein mercredi après-midi et plusieurs services ne fonctionnaient pas. Le pays était vraiment en vacances. Cela reflète le fait que les français savent profiter de la vie, ils s’intéressent à leur bien-être et à leur loisir aussi, ils ne semblent pas être obsédés par le capitalisme.
Ma seconde impression est très évidente dans les supermarchés et dans les repas des Français : ils adorent le yaourt, le fromage et le vin. Il y en a une énorme variété à de très bons prix, en comparaison avec le Brésil.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Pendant mon premier mois de stage, je vivais à la campagne, dans une chambre au fond de la maison d’un gentil monsieur. La région est renommée pour la culture de la noix. Sur la route lorsque j’allais travailler, il y avait une ferme de vaches laitières qui servait à la production des affamés fromages de la région. Je traversais les champs dorés de blé, les vastes terres des noyers, puis j’attendais l’ouverture du passage de niveau du train. J’ai eu l’occasion d’assister à une présentation de la chorale de l’église dans laquelle mon hôte chantait, j’ai aussi visité des grottes dans les montagnes. C’était une vraie immersion.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Aujourd’hui je vis toujours en France et je fais un stage pour conclure ma licence.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis étudiante et stagiaire.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Mon séjour en France m’a permis de découvrir que la responsabilité de tout ce qui se passe dans ma vie m’appartient. Même si des proches qui nous aident, les choix sont à nous et nous en sommes entièrement responsables. J’ai acquis beaucoup de maturité. En plus, aujourd’hui je me rends compte des beautés de mon pays, que je ne voyais pas avant. Je peux dire que je valorise davantage les choses qui n’existent que là-bas.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Connaissance, Intensité et Surmonter les difficultés.

Trois mots pour résumer le pays ?
Bien-être, Cordialité et Culture.

Ana Luiza Grillo Balassiano : "Étudier en France a signifié pour moi : Flexibilité, Connaissance et Altérité !"

JPEG

Ana Luiza est formée en Architecture depuis les années 70. En 2010, lorsqu’ elle faisait des recherches dans le cadre de son doctorat, elle a eu l’occasion de se rendre à Paris pour perfectionner ses études.

Ville d’origine : Rio de Janeiro

Ville de ses études en France : Paris

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
Lorsque j’étais à la Fac d’Architecture – à l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), je rêvais d’aller étudier à l’étranger, plus particulièrement en France. Dans le contexte brésilien des années 70, l’université brésilienne n’était pas ouverte aux échanges internationaux comme elle l’est aujourd’hui, surtout au niveau de la licence. Comme j’étudiais aussi à l’Alliance Française, j’étais en contact avec une ambiance internationale de formation, qui alimentait mon désir d’aller étudier en France. Le contact avec une autre culture et le procès d’inter-culturalité représentent un espace-temps de formation professionnelle et personnelle fondamental dans le contexte actuel de mondialisation. La France a toujours été un pays dans lequel je voulais vivre, pour son procès historique, politique, social et culturel. À l’époque de mon doctorat et de mes recherches, en ayant un regard croisé entre le Brésil et la France, j’ai eu l’occasion d’aller étudier à Paris.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
Je connaissais déjà un peu la France, mais seulement comme touriste. Lorsque je suis arrivée à Paris comme étudiante, c’était une autre situation et un autre temps. En 2010, j’ai obtenu une bourse CAPES et je suis partie avec ma fille, qui avait douze ans à l’époque. Ainsi, j’ai eu une expérience non seulement de la vie universitaire en tant qu’étudiante, mais aussi de la maternité, avec toute la complexité qu’elle engendre. La sensation qui m’a le plus touchée a été celle de l’accueil et du respect, aussi bien dans les institutions que dans les espaces publics de la ville.

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Je ne saurais pas répondre en mentionnant un seul souvenir, mais je dirai ce qui me manque le plus, après mon retour au Brésil : la liberté de pouvoir flâner dans la rue, de m’asseoir sur un banc dans un jardin, au milieu d’une place publique pour lire un livre, me reposer, prendre des notes ou simplement pour passer mon temps … De pouvoir toujours entrer dans une bibliothèque, dans n’importe quel quartier, pour feuilleter un livre, choisir un journal ou chercher une bonne vidéo. On n’est jamais seul dans les rues de Paris, la ville nous invite à marcher, à visiter et à connaître tant de différentes cultures.
Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
À présent, mon lien avec la France se fait par le groupe de recherches EXPERICE de l’Université Paris 13/ Sorbonne Paris Cité, et plus particulièrement avec sa coordinatrice, la Professeure Cristine Delory-Momberger.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis chercheur en Sciences de l’Éducation au sein du groupe Educação e República (PROPED/Edu/UERJ) et je travaille dans l’organisation des Centres de Documentation et de Mémoire Scolaire, plus particulièrement avec le CDM du Lycée Franco-Brésilien.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
L’expérience internationale, le fait de vivre dans un endroit différent et en contact avec d’autres identités et appartenances, est un exercice qui a enrichi mon regard sur les autres et sur moi-même. Vivre en Europe, plus particulièrement à Paris, m’a permis de connaître d’autres réalités et de mieux comprendre l’histoire.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Flexibilité, Connaissance, Altérité.

Trois mots pour résumer le pays ?
Respect, Diversité, Culture.

Mariana Freitas Alvim : "Étudier en France a signifié pour moi : Culture, Nourriture et Souvenirs !"

JPEG

Mariana à 24 ans, elle a étudié à l’Université Stendhal - Grenoble 3.

Ville d’origine : Niterói, RJ

Ville de ses études en France : Grenoble

Pourquoi avez-vous choisi d’étudier en France ?
J’ai étudié à l’Alliance Française pendant un peu plus de 4 ans et là j’ai été en contact non seulement avec la langue, mais avec la culture française. C’est la raison pour laquelle j’ai choisi de suivre mes études en France, afin de me donner une continuité à ces apprentissages.

Quelle a été votre première impression en arrivant en France ?
Je suis allée en France une première fois quand j’avais 7 ans, mais je ne me souvenais pas de grand-chose. Lorsque j’y suis retournée pour mes études à Grenoble, j’ai ressenti beaucoup de bonnes choses. Il faisait beau, les étudiants roulaient tous en bicyclette et la ville m’a semblé magnifique. Dès mon arrivée à l’aéroport de Paris, j’étais très contente juste d’entendre parler français, j’adore la sonorité de la langue !

Quel est votre plus grand souvenir de la France ?
Une question difficile à répondre, mais je crois que mon meilleur souvenir est celui de ma visite aux Remparts d’Avignon.

Aujourd’hui, quel est votre lien avec la France ?
Mon lien avec la France est très sentimental. Ce que j’ai effectivement gardé de la culture française, ce sont quelques habitudes alimentaires (surtout l’appréciation des fromages et des vins !), la lecture des nouvelles et aussi les vidéos de Cyprien et Norman, que j’assiste sur YouTube.

Quelle est votre activité professionnelle ?
Je suis journaliste-reporter au quotidien O Globo.

En quoi votre séjour en France a changé votre vie ?
Mon séjour en France m’a apporté un grand enrichissement culturel. A l’université, j’ai pu assister les films de Godard puis j’ai visité plusieurs musées dans de différentes villes. J’ai aussi énormément apprécié la structure de la ville de Grenoble, qui a un grand réseau culturel et de transports, différent de ce que nous avons au Brésil.

Trois mots pour résumer votre expérience là-bas ?
Culture, Nourriture et Souvenirs.

Trois mots pour résumer le pays ?
Diversité, Beauté et Culture.

publié le 12/11/2015

haut de la page