PlaNet Finance - la petite fabrique aux miracles

La fondation PlaNet Finance, est née d’une rencontre entre Jacques Attali et le prix Nobel Muhammad Yunus fondateur de la Grameen Bank, pionnier du modèle de microcrédit. En 2006, PlaNet Finance s’installe au Brésil pour développer des formations d’éducation financière à travers tout le pays.

En mai dernier, nous avions rencontré Maud Chalamet, la directrice, alors que l’ONG accompagnait Ana Lucia da Silva, la micro-entrepreneuse carioca récompensée en décembre 2012, sur le prestigieux tapis rouge du Festival de Cannes (voir PlaNet Finance déroule le tapis rouge au microcrédit). Cette fois , c’est dans les locaux de leur plus récent projet, Bebel, que Maud nous reçoit pour nous présenter Francine Rocha, la lauréate du prix PlaNet Finance 2013 : "Vous allez voir, son histoire est incroyable !"

JPEG
Ana Lucia Silva, la lauréate 2012, soutient Francine Rocha, lauréate 2013

Francine Rocha invitée à Paris pour recevoir son prix

Boucles blondes et sourires nerveux, Francine Rocha ne réalise toujours pas que Paris lui ouvrira ses portes d’ici quelques jours. "Je n’arrive pas y croire ! [...] Je ne sais pas encore ce que je vais dire sur scène, je crois que je vais remercier et seulement remercier !" . Francine a été sélectionnée parmi des candidates du monde entier pour recevoir le prix Dignité et Droit des Femmes au Brésil, au cours de la sixième édition des "International Microentrepreneurship Awards" de la fondation PlaNet Finance. Francine Rocha, mère de cinq enfants, alimente la bourse familiale en multipliant les activités : blanchisserie à domicile, confection et vente de gâteaux sur les plages... Invitée par les coordinatrices du programme à participer au Projet Bebel, Francine a débuté les cours il y a huit mois. Son assiduité et sa persévérance seront saluées le lundi 9 décembre au Palais Brongniard. Le parcours de Francine a été étudié avec attention par les membres du jury, composé entre autres de représentants de la Commission européenne et de l’Agence Française de Développement. Sur le site de PlaNet Finance, une courte biographie présente Francine, on peut y lire "Dans sa communauté, Francine incarne une femme au parcours et courage exceptionnels." (voir l’interview de Francine Rocha en fin d’article).

JPEG
De droite à gauche : Danielle de Araujo, coordinatrice du projet Bebel, Maud Chalamet, directrice PlaNet Finance Brésil, et des membres de l’équipe.

Projet Bebel, pour les femmes du quartier Praça Bandeira

« Il est important que chaque projet soit inscrit dans un lieu, amorce Maud Chalamet, le projet Bebel est consacré aux femmes du quartier de la Praça da Bandeira. » Ce projet , un partenariat entre PlaNet Finance et l’ONG Gerando Vida, a reçu le soutien de la commission européenne et de l’Ambassade d’Irlande.
Il a débuté en mars dernier et doit se prolonger sur deux années. Il propose une formation en éducation financière et gestion entrepreneuriale aux entrepreneuses de la région. Pour s’inscrire les femmes doivent remplir deux conditions principales : habiter dans le quartier et disposer de moins de trois salaires minimums de revenu mensuel.
Pendant près de trois mois, les classes, formées d’une quinzaine d’étudiantes, reçoivent des cours de gestion, d’administration, de finance, mais pas seulement. Danielle de Araujo, la coordinatrice du projet, souligne la grande spécificité de Bebel : «  nous proposons surtout un accompagnement, à travers des assistantes sociales, des psychologues. En juillet, nous avons réalisé que les femmes qui recevaient nos formations n’étaient pas entrées sur le marché du travail. Il fallait également toucher leur mari, leur famille et les soutenir sur tous les fronts. Au sein du projet Bebel, poursuit Danielle, nous avons alors fait venir des avocats, des médiateurs judiciaires, des spécialistes du programme Minha Vida Minha Casa, mais aussi des gynécologistes, des ophtalmologistes… L’accès à l’information dans son ensemble fait partie du projet, afin que les étudiantes aient les instruments pour pouvoir se développer et aussi répercuter l’information au sein de la communauté  ».

Derrière Danielle et Maud, les rires résonnent, Ana-Lucia Silva donne la classe. La lauréate 2012 de la fondation PlaNet Finance, captive son auditoire par un charisme hors du commun. À grand renfort de grimaces et de rires, elle raconte son expérience : ses débuts de micro-entrepreneuses, les difficultés à la maison pour jongler entre sa confection de patchwork et les tâches ménagères, et puis le choc. L’annonce du prix et du voyage à Paris ! Les élèves sont conquises, Ana Lucia a transformé la petite salle de classe en une scène de « stand up comedy ». Le spectacle servira sans doute à convaincre quelques-unes, et si finalement elles aussi en étaient capables ?

Entretien avec Francine Rocha, la lauréate 2013 de l’International Microentrepreneurship Awards - PlaNet Finance :


JPEG Quelle était votre activité au cours de ces dernières années ?
J’ai cinq enfants, pour compléter les revenus de mon mari, je cuisinais des desserts. Le week-end, j’emmenais les enfants à la plage et pendant qu’ils jouaient je partais vendre mes gâteaux sur la plage. Ça me rapportait environ 300 à 400 réais par week-end, c’était bien. Durant la semaine, je lavais des vêtements à la main d’abord, et puis en économisant 5 à 10 réais de temps en temps, j’ai réussi à m’acheter une machine. Mon rêve était d’ouvrir un restaurant, mais je ne savais pas comment faire pour économiser.

“Une condition, reprendre des études”

C’est ce que vous êtes venue apprendre au sein du projet Bebel ?
Oui, il y a huit mois Dani (Danielle Araujo, la coordinatrice du Projet Bebel) m’a proposé de travailler pour l’ONG Gerando Vida. J’étais très motivée, mais Dani m’a posé une condition, reprendre des études. Il fallait accumuler le travail plus les études ! Mais je m’y suis mise, après avoir arrêté l’école à 15 ans, ce n’était pas facile. Mes enfants m’ont encouragé et puis je me suis mise en tête que je ne pouvais pas ne pas y arriver ! J’ai appris à passer les examens, appris à étudier, j’ai reçu des formations pour savoir aller sur internet par exemple. J’avais un téléphone connecté, mais je ne savais pas comment surfer !
Comment avez-vous reçu la nouvelle de ce prix que vous allez recevoir en France ?
Au début mon mari, se demandait même "Pourquoi elle va à Paris, elle n’a rien fait !" Il a fallu que les gens du Projet lui expliquent. Mais maintenant c’est bon, il me soutient et il est fier ! En fait, je n’y croyais pas moi-même, mais les autres filles m’ont convaincu ! Et puis, ce prix a été le départ d’une belle histoire pour moi. Grâce à la communication réalisée, ma mère m’a retrouvé. J’avais quitté la maison à 18 ans, en laissant deux enfants. J’ai eu des problèmes, je me suis un peu perdue... et puis nous avons coupé contact. Mais ma mère me recherchait tous les jours sur internet, et grâce à la diffusion du prix par le Projet Bebel, elle m’a retrouvé sur Facebook ! Elle est venue me voir à Rio avec mes deux enfants, qui sont à l’université. Après le voyage à Paris, nous passerons Noël tous ensemble !

“On est des femmes, on est des guerrières !”

Quel est maintenant votre objectif ?
2013 a été l’année de la victoire avec ce prix et la chance de retrouver ma famille ! Maintenant, je veux aller à l’université ! J’ai eu la chance de connaître les gens de ce projet, ils m’ont donné confiance. Si en six mois, j’ai fait autant de progrès, imaginez en plusieurs années ! Je veux ouvrir mon bistrot et travailler dans des projets sociaux, pour repasser ce que j’ai appris. Le projet Bebel m’a donné la motivation de vaincre. On est des femmes, on est des guerrières !

Propos recueillis le 18 novembre 2013.

Plus d’information sur la fondation PlaNet Finance, sur le site : http://www.planetfinance.org/

publié le 28/07/2014

haut de la page