Premier workshop CNRS - Académie Brésilienne de Sciences

Les 21 et 22 octobre, Académie Brésilienne de Sciences (ABC) a reçu le 1er Atelier ABC / CNRS de Bio-ingénierie, Biomatériaux et Ingénierie de la Santé, promu par le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) Français. Au cours de l’événement, qui a réuni des chercheurs français et brésiliens, a été annoncée la création d’un Laboratoire International Associé (LIA), tourné vers les secteurs de bio-ingénierie et biomatériaux.

JPEG
Ouverture de l’Atelier mené par Jacob Palis, Président de l’Académie de Sciences, et Olivier Fudym, directeur du CNRS Brésil

CNRS

Entité publique française, fondée en 1939, le CNRS est aujourd’hui la plus grande organisation européenne de recherches, suivant le directeur scientifique adjoint de l’Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes (INSIS) du CNRS, Yves Rémond. « Aujourd’hui, le CNRS compte 25 mille membres permanents. La plus grande université de l’Europa en a autour de 5 mille », affirma Rémond.

JPEG
Yves Rémond, Directeur Scientifique Adjoint de l’Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes (INSIS) du CNRS

Outre les membres permanents, l’organisation compte sur plus de 10 mille scientifiques, distribués dans mille laboratoires autour du monde. D’après Rémond, près de 80% des recherches réalisées par le CNRS se déroulent dans des universités européennes et d’autres continents suivant des accords : les universités offrent la structure et le CNRS, le personnel et les fonds de recherches.

En France, toutes les universités qui travaillent avec le CNRS sont publiques. Cependant, Rémond affirme que cela n’est pas le critère. « Le CNRS inspecte l’institution tournée vers la recherche, développe son propre projet et examine naturellement les laboratoires. Uniquement celles qui possèdent une structure adéquate pour accueillir la recherche sont choisies », dit l’ingénieur mécanique.

Collaboration France - Brésil

A présent, le CNRS promeut plusieurs programmes de collaboration entre le Brésil et la France, comme l’Unité Mixte Internationale (UMI), à l’Institut national de Mathématiques Pures et Appliquées (Impa).

D’après le directeur du CNRS au Brésil, professeur Olivier Fudym, cela est le lien maximum entre une organisation française et une institution brésilienne, qui représente la création d’une nouvelle entité, tournée vers la recherche.

Avant même la UMI, nous avons le Laboratoire International Appliqué (LIA). "Le Laboratoire International Associé est un peu virtuel, ce n’est pas un laboratoire réel", dit Fudym. "Nous mobilisons des laboratoires au Brésil et en France avec un projet scientifique commun et le CNRS fournit les fonds en appuyant la mobilité, aussi bien des chercheurs français vers le Brésil, comme dans le sens inverse".

En ce qui concerne la réalisation d’autres ateliers du CNRS au Brésil, Fudym n’écarte pas cette possibilité et indique par ailleurs avoir l’intention d’élargir les recherches sur d’autres domaines. "Si nous faisons un nouvel événement de ce genre, l’année prochaine ou dans deux ans, ce ne sera probablement pas au sujet de l’ingénierie ; le sujet sera peut-être les mathématiques ou les sciences humaines, selon les projets du CNRS ou des possibilités de de visite des délégations", finalisa-t-il.

JPEG
Radovan Borojevic, Professeur à Petropolis, ancien Directeur de recherches du CNRS

JPEG
Liviu Nicu, directeur de recherches du CNRS, responsable de l’équipe de nanobiosystèmes au LAAS deToulouse

JPEG
Le mot CNRS gravé au laser sur une superficie de quelques microns, au laboratoire LabMems de l’UFRJ

Source : Académie Brésilienne de Sciences

publié le 09/11/2015

haut de la page