Reporters sans frontières (RSF) installe son bureau Amérique Latine à Rio de Janeiro

L’ONG française Reporters sans frontières a décidé d’installer son nouveau bureau Amérique Latine à Rio de Janeiro, au Brésil. Nous avons interrogé le responsable du bureau, Emmanuel Colombié, sur les raisons de ce choix.

JPEG
Emmanuel Colombié, responsable du bureau Amérique Latine de l’ONG française Reporters sans frontières à Rio de Janeiro.

Q : Pourquoi Reporters sans frontières s’installe au Brésil ?
Le Brésil est un pays où Reporters sans frontières était sans doute moins présent que dans d’autres pays d’Amérique Latine. Après avoir hésité entre plusieurs pays, la direction de l’organisation a considéré que le Brésil était l’endroit adéquat pour envisager un développement de long terme de nos activités sur le continent. C’est ainsi que Rio de Janeiro est devenu le siège Amérique Latine de RSF, coordonnant notre activité en Amérique centrale, Amérique du sud et dans les Caraïbes, soit dans plus de 30 pays.

Q : Quelles sont les principales causes défendues par RSF ?
RSF défend la liberté de la presse partout dans le monde, avec des correspondants dans 130 pays, et protège les journalistes dans l’exercice de leurs fonctions. Notre organisation met en place des actions de terrain, vient en aide aux journalistes lorsqu’ils sont en danger, plaide auprès des Etats et des organisations internationales, jusqu’à l’ONU où nous demandons que soit créé un poste de représentant spécial sur la protection des journalistes.

Q : Quel est l’avantage d’un bureau physique à Rio, plutôt qu’un bureau Amérique latine au siège de RSF à Paris ?

Nous sommes ainsi plus réactifs, plus proches de nos sources d’information et des différentes parties prenantes des actions de plaidoyer (médias, autorités locales...). L’avantage est également de pouvoir participer à des événements, des conférences afin de mieux faire connaître notre action sur le continent, mais aussi de nous rapprocher d’éventuels donateurs. L’Amérique latine est une zone prioritaire pour notre cause et il était nécessaire de faire porter au mieux la voix de RSF ici.

publié le 08/01/2016

haut de la page