Soirée franco-allemande à la Maison de France

Le 22 janvier 2013, les consuls de France et d’Allemagne à Rio de Janeiro, Jean-Claude Moyret et Harald Klein ont commémoré les 50 ans du Traité de l’Elysée à la Maison de France. Près de cent cinquante invités étaient présents à l’avant-première du film " La Grotte des Rêves Perdus" de Werner Herzog, parmi eux, les consuls d’Italie, Mario Panaro, du Chili, Samuel Dietsch et du Pérou, Luis Arribasplata. Un cocktail a été offert après le film.

JPEG
De gauche à droite : le directeur du projet Musica no Museu, Sergio da Costa e Silva et son épouse, le Consul Général d’Allemagne, Harald Klein, et le Consul Général de France, Jean-Claude Moyret.

Dans son discours, le Consul de France a rappelé que le Traité de l’Elysée a été l’élément fondamental dans l’histoire des relations franco-allemandes, relations qui ont effacé les conflits du passé et ont créé, parallélement au Traité de Rome, l’Union Européenne.

"Nous célébrons ensemble le rêve réalisé de l’amitié franco-allemande en évoquant ce que Werner Herzog appelait rêves perdus. Parfois les rêves se réalisent. Le Traité de l’Elysée en est un", a-t-il affirmé.

Année franco-allemande : les 50 ans du Traité de l’Elysée

Le 22 janvier 1963, le chancelier Konrad Adenauer et le Général de Gaulle signaient le traité pour la coopération franco-allemande, entré dans l’histoire sous le nom de « traité de l’Élysée ».
Cet accord, qui a scellé la réconciliation franco-allemande, demeure la référence fondamentale du partenariat entre nos deux pays.

Cinquante ans après, le Président de la République a souhaité "ouvrir une nouvelle porte dans notre coopération". C’est pourquoi l’année franco-allemande est l’occasion de préparer les prochaines étapes d’une relation franco-allemande intense, équilibrée, indispensable à la bonne marche de l’Europe, et résolument tournée vers l’avenir.
C’est dans cette perspective que les deux ministres chargés des Affaires européennes, Bernard Cazeneuve et Michael Link, ont reçu mandat de préparer une année qui s’appuierait sur notre passé commun pour mobiliser la jeunesse et les sociétés civiles française et allemande autour de projets concrets pour demain. L’amitié franco-allemande, dont la vocation est d’oeuvrer pour l’intégration européenne, peut s’incarner dans ces initiatives.

Plusieurs événements politiques majeurs permettront de rassembler largement autour de la « relation spéciale » entre Paris et Berlin.

publié le 28/07/2014

haut de la page